Vous êtes ici : AccueilLe BPMVolume 4Édition 9  > Le programme d’études Mathématique


Quelques défis pour l’implantation des programmes de la FBD : le domaine de la mathématique, de la science et de la technologie
Le programme d’études Mathématique
Écrit en collaboration avec Sophie Lemay



7 mai 2012
 

L’implantation des programmes d’études de la formation de base diversifiée (FBD) pose de nombreux défis pour les centres d’éducation des adultes. Une nouvelle structure, le développement des compétences de l’adulte, l’ajout de savoirs dans le contenu disciplinaire et la nécessité de placer l’adulte en action dans des situations d’apprentissage exigent bien plus qu’un simple changement de programme. Voici le dernier article d’une série qui présente quelques défis ou enjeux que les enseignants et les centres devront relever ou auxquels ils devront faire face pour implanter les nouveaux programmes de la FBD.

Les programmes d’études du domaine de la mathématique, de la science et de l’informatique :
- Mathématique ;
- Science et technologie ;
- Informatique.

Dans cet article, nous allons toutefois nous attarder uniquement au premier de la liste, soit le programme de mathématique.

Ce programme comporte 21 cours de 25 ou 50 heures répartis dans trois séquences orientées vers des besoins diversifiés. Les trois séquences de 4e et 5e secondaire sont :
- culture, société et technique (CST) ;
- technicoscience (TS) ;
- sciences naturelles (SN). En troisième secondaire, l’adulte suit un tronc commun qui lui permet de vivre différentes situations d’apprentissages et qui le guide dans le choix d’une séquence en 4e secondaire.


Les éléments prescrits du programme

Les compétences disciplinaires

Les compétences disciplinaires sont au nombre de trois :
-  C1 : Utiliser des stratégies de résolution de situations-problèmes
-  C2 : Déployer un raisonnement mathématique
-  C3 : Communiquer à l’aide du langage mathématique

Les trois compétences sont visées dans chacun des cours de la 3e, 4e, et 5e secondaire.

Les familles de situations

Les familles de situations permettent de donner du sens aux apprentissages, car elles amènent les adultes à résoudre des situations-problèmes tirées de la réalité. Elles permettent ainsi de créer des liens entre les domaines généraux de formation et les apprentissages disciplinaires. Dans le programme d’études Mathématique, les familles de situations sont :
-  mesure et représentation spatiale ;
-  relation entre quantités ;
-  traitement de données ;
-  recherche de solutions optimales.

Le contenu disciplinaire

Le contenu disciplinaire du programme Mathématique comprend les savoirs et les repères culturels. Les savoirs se répartissent dans quatre groupes : modélisation algébrique et graphique, collecte de donnée ou modèle de répartition des votes et expérience aléatoire, représentation géométrique et optimisation. À l’instar des autres programmes de la FBC, l’utilisation de repères culturels est prescrite, mais ceux présentés dans le programme le sont à titre d’exemple. L’enseignant peut les remplacer ou en ajouter à sa guise.

Quelques défis pour l’implantation du programme de mathématique

Approche par compétence

Le défi commun pour tous les programmes de la FBD est l’approche par compétences. Pour développer les compétences en mathématique, les enseignants vont devoir placer les adultes dans un contexte où ils auront, entre autres, à déployer un raisonnement logique. L’enseignement ne visera pas uniquement l’apprentissage de techniques. Il proposera des situations-problèmes complexes, ouvertes, mais surtout signifiantes. Ces situations devront présenter un défi ou un problème concret et plausible que l’adulte ne pourra résoudre sans réaliser des apprentissages. Pour y arriver, il faudra faire preuve de créativité pour contextualiser des savoirs plus complexes qu’en formation de base commune et pour lesquels il peut parfois être plus difficile de trouver des applications concrètes. L’enseignant proposera aussi une démarche et des stratégies efficaces qui guideront l’adulte dans la résolution de ces situations-problèmes. Le concept de situations-problèmes occupe une place centrale dans le programme de mathématique, il est inhérent au développement des compétences. On peut le comparer au concept de situations d’apprentissage ou aux situations de vie des programmes de la FBC.

Tout au long du cheminement de l’adulte, l’enseignant l’amènera à s’interroger sur sa démarche et ses façons de faire, favorisant ainsi un retour réflexif indispensable à l’autorégulation. On est au cœur du changement de paradigme de l’enseignement vers celui de l’apprentissage.

Nouveaux savoirs

Dans le nouveau programme de mathématique de la FBD, il y a ajout de nouveaux savoirs. Pour l’enseignant en mathématique, cela ne représente probablement pas un gros défi en soi, mais plutôt une légère mise à jour et quelques lectures. Ces nouveaux savoirs se répartissent ainsi dans les trois niveaux et selon les séquences :

Les cours et les séquences

Les trois séquences vont permettre à l’adulte de faire un choix en lien avec ses aspirations, ses intérêts et ses aptitudes. Toutefois, en cours de route, il pourra modifier sa trajectoire et changer de séquence à la fin de n’importe quel cours. Des modalités sont prévues dans ces cas, mais cela pourra représenter un défi pour les adultes en formation. Ils auront assurément à vivre une mise à niveau afin d’acquérir les savoirs relatifs à la nouvelle séquence puisqu’il n’y a pas de cours communs aux séquences comme c’était le cas auparavant avec les programmes de mathématique 416, 426 et 436. Que va représenter cette mise à niveau pour les enseignants ? Le programme ne le dit pas encore. En fait, dans la version provisoire de ce dernier, il est mentionné que ces modalités sont définies en annexe, mais celle-ci n’est pas encore disponible…

Le nombre élevé de cours (21) ainsi que les trois séquences poseront un défi en ce qui a trait à l’organisation de la classe, mais aussi pour ce qui est de la production de matériel. Comment varier les approches pédagogiques en retrouvant des élèves inscrits à autant de cours différents dans une même classe ? Peut-on former des groupes plus homogènes ? Est-ce que les trois séquences seront offertes dans tous les centres ? Peut-on penser produire du matériel pour les trois séquences ? Y a-t-il moyen d’envisager des situations d’apprentissage qui seraient communes à plus d’une séquence ? Voilà autant de questions sur lesquelles il faudra se pencher.

L’évaluation

L’évaluation représentera probablement un défi de taille pour les enseignants de mathématique habitués à une évaluation complètement axée sur le découpage des connaissances (comportements attendus ou dimensions des anciennes DDÉ). Les enseignants vivront la même réalité que celle vécue en FBC, soit une évaluation des compétences disciplinaires en situations-problèmes plus complexes et plus globales. Il s’agit ici d’une hypothèse puisque les situations d’évaluation ne sont pas encore publiées. On ne peut se baser que sur les définitions du domaine d’évaluation de la troisième secondaire qui sont disponibles sur le site sécurisé du MÉLS ou encore de l’expérience du secteur jeune.


L’implantation du programme de mathématique de la FBD appelle un changement de pratique chez les enseignants. La mise en place de situations-problèmes pour développer les compétences disciplinaires nécessitera une nouvelle façon d’aborder la mathématique. « L’un des principaux objectifs de l’apprentissage de la mathématique consiste à amener l’adulte à résoudre des situations-problèmes de divers types en lui apprenant, entre autres, à aborder un problème avec rigueur sur le plan intellectuel et avec confiance en soi. » [1]

Le programme de mathématique rejoint ainsi les visées du programme de la formation de base diversifiée, c’est-à-dire développer la vision du monde de l’adulte et développer son pouvoir d’action.

[1] Programme d’études mathématique, Version provisoire, Direction de l’éducation des adultes et de l’action communautaire, MÉLS, mai 2011, page 4.

Répondre à cet article


  

 

Le programme d’études Mathématique
« avril 2014 »
L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4
 
Journée pédagogique montérégienne du 25 avril 2014
jeudi 20 mars

La journée pédagogique montérégienne (JPM) aura lieu le vendredi 25 avril, à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe (EPSH).

Les inscriptions s’effectuent en ligne dans Moodle, dans le salon montérégien des enseignants, dès 8 h le lundi 24 mars, et ce, jusqu’au 28 mars.

Si vous éprouvez des difficultés, n’hésitez pas à contacter le service de soutien à info@fgamonteregie.qc.ca.

Vous pouvez consulter le programme dès maintenant :

PDF - 878.1 ko
Programme_JPM_25avril2014.pdf